Négociation

Salaire

Droit

Syndicats

Emploi

Formation 

Actualités 

Éditorial

 





La Jurisprudence Danone / réseau Voltaire nous autorise à utiliser les logos 
et outils publicitaires qui traînent un peu partout sur le Web.
 
Rappel : durant l'affaire LU le réseau Voltaire avait ouvert un site : Boycott Danone.net, 
ce qui n'a pas été très apprécié par le groupe en question.

Mais au final le groupe Danone a perdu en justice...  La liberté d'expression plus forte que le droit des marques !


Voir aussi nos Bannières subversives

Nos Patrons sont des génies !
(Sommaire)

 

 


7/Coca-Cola : 

New Coke, Dasani, Coca-Cola Blak. 
Une erreur volontaire et deux flops pour un Géant ! 

                                                                                                                        Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

Portail
Syndicats
Actualités
Éditorial
Formation
Colère
Emploi
Droit
En Lutte 
Histoire
Salaire
Agenda
Warriors
Négociation
Contact
Aide CE
Utile
Services CE
Newsletter
Tchat
35 Heures
Culture
Internet
Pratique
Cartes Postales
Forum
Humour
Loisirs
Liens
Avis
Adresses
Webmasters
Rêves

Proposer


 

En savoir plus sur Séraphine


Free Warriors le 08.12.2013.

  Envoyer cette page à un(e) ami(e) 




Nos patrons sont des génies ! 

Coca-Cola : 
New Coke, Dasani, Coca-Cola Blak. 
Une erreur volontaire et deux flops pour un Géant ! 

Chaque jour 1,7 milliards de bouteilles de Coca-Cola sont vendues dans le monde ! En 2011 Coca-Cola Compagnie réalise 38 milliards de dollars de chiffre d'affaire. Avec 53 % de part de marché sur le segment des sodas c’est la 3ème entreprise agroalimentaire mondiale. 

Si en sport on ne change pas une équipe qui gagne, en entreprise on ne change jamais une recette qui satisfait le consommateur. 

Et pourtant en 1985 Coca-Cola l’a fait ! 

Ceci ressemble à un échec monumental, pourtant avec le recul et le temps, nous savons que ce changement de formule qui a conduit à l’échec, était volontaire… 

Le 23 avril 1985, Coca-Cola annonce le lancement de New Coke. Le New Coke est plus doux en bouche et plus sucré. Le goût de la boisson est modifié.

De soi-disant tests sont réalisés auprès de 190 000 consommateurs et une campagne de communication : « Le meilleur le devient plus encore » est diffusée. 

Aux USA. Le Coca-Cola classique disparaît, au profit du New Coke. Ce changement provoque un tollé général au sein de la population. La ligne téléphonique dédiée à la nouvelle boisson sera inondée d’appels de consommateurs mécontents, et les appels au boycott vont se multiplier dans le pays, certains vont même jusqu’à dévaliser les magasins pour stocker la boisson originale.
Finalement, à peine 79 jours après son retrait, le Coca-Cola sera de retour dans sa formule originale sous le nom de Coca-Cola Classique, en reléguant définitivement le New Coke au rang de simple déclinaison du soda.
Après 400 000 appels et lettres d'insultes, des boycotts et des manifestations aux Etats-Unis et l’apparition d'un marché noir, en moins de 3 mois, le Coca-Cola classique réintègre les boutiques.
Un retraité de Seattle intente même des poursuites judiciaires contre Coca-Cola pour changement de goût. 

Coca Cola savait que le public n’accepterait pas le changement. 
Alors pourquoi le faire ? 

Cette opération est commerciale elle a pour but de se libérer d’accords commerciaux avec les grossistes américains qui devenaient beaucoup trop contraignants. Le produit n’étant plus disponible Coca-Cola pouvait dénoncer les accords tarifaires et ne plus livrer. Donc reprendre sa liberté. 

Mieux vaut ne plus livrer que de vendre à perte ou avec une marge trop réduite. 

De plus le Coca-Cola Classic est relancé avec l'ancienne formule, excepté le sucre de canne remplacé par du sucre de maïs, moins cher, et surtout Coca-Cola remplace aussi la vanille de Madagascar par des arômes de synthèse bien moins chers. Auparavant Coca-Cola achetait 50 % de la production de vanille de Madagascar
qui est la meilleure vanille du monde, mais les multinationales n’ont pas vocation à sauver le tiers monde surtout si des produits de substitution sont disponibles et 5 fois moins chers. 

Le but de la manœuvre est d’améliorer les marges commerciales et il y a fort à parier que les gros clients ont été stockés avec l’ancienne formule avant le lancement du « New Coke » ! 

On le sait peu en Europe mais Coca-Cola est le troisième producteur mondial d'eau en bouteilles. Le marché de l’eau en bouteilles est très porteur, aux États-Unis, autant qu'en Europe. Les sodas souvent trop sucrés, sont accusés de favoriser l'obésité et souffrent d'une mauvaise image, mais il ne suffit pas de viser un marché prospère, comme le marché européen des eaux en bouteille, pour réussir.

Coca-Cola commercialise une eau minéralisée sous la marque Dasani, qui est en fait de l'eau du robinet purifiée à laquelle on additionne des minéraux.
Début 2004 Dasani est lancée au Royaume-Uni. La presse britannique a beaucoup plaisanté sur le sujet, car il s'agit d’eau du robinet filtrée et enrichie et non d’une eau de source.
Coca-Cola se défendit en disant que l'eau était purifiée et enrichie de minéraux, mais la société de distribution d'eau potable protesta en affirmant que l'eau qu'elle fournissait était potable, qu'elle n'avait pas besoin d'être purifiée et que les analyses montraient que sa minéralisation était déjà parfaite, elle pouvait même être donnée aux bébés.

Malheureusement un taux de bromates anormalement élevé dans certains lots contraignit, le 24 mars 2004, Coca-Cola, après avoir retiré du marché britannique 500 000 bouteilles de Dasani, à prendre la décision de retirer définitivement sa marque de la vente au Royaume-Uni et de repousser le lancement attendu en France et en Allemagne. 

De plus la grande distribution ne voulait pas accorder à l'eau Dasani toute la place voulue car le rayon eaux minérales est déjà encombré d'une multitude de références et lorsque l'affaire britannique éclate, la firme préfère renoncer au lancement dans le reste de l’europe. 
L'eau « Dasani » est commercialisée dans 18 pays et elle est la deuxième marque la plus vendue aux États-Unis. Le groupe prévoit de relancer la marque en Europe… Plus tard… 

Mais la concurrence en Europe n’est pas la même qu’aux USA, Evian, Vittel, Contrex, Perrier jouent à domicile, sont adossés à de grands groupes, (Nestlé, Danone), et ne sont pas prêts à céder un pouce de terrain. 

Coca-Cola Blak est présenté comme l'innovation majeure de l'année 2006. 
C’est un mélange de Coca-Cola Classique et de café, avec deux fois moins de sucre que la recette originale. Le nouveau produit est tout d’abord lancé en France. 

La cible est les adultes. Une cible pour laquelle rien n'a été négligé. Dans les ingrédients d'abord, avec une pointe d'amertume très présente dans le Coca-Cola Blak, une mousse plus onctueuse et des bulles plus fines. Et jusque dans le packaging : petites bouteilles ou cannettes de 25 cl, emballage aluminium, logo stylisé pour un Coca-Cola Blak qui ignore le rouge et le blanc, au profit du marron et de l'or. 
Cette “ innovation majeure ” fait suite au lancement par son concurrent d'une boisson à la composition similaire : le Pepsi Max Cappuccino, dans les rayons des supermarchés en novembre 2005. 
Les distributeurs automatiques, les stations-service et les cafés hôtels restaurants ont la primeur du lancement le 15 janvier 2006 avant que la petite bouteille ne s'installe dans les linéaires un mois plus tard. Pour accompagner ce lancement, Coca-Cola axe sa communication sur les lieux de vente : distributeurs habillés aux couleurs du Coca-Cola Blak et le site internet, www.coca-colablack.fr, sans oublier l'indispensable campagne TV à partir d'avril 2006. 

Pourtant l'exemple du Coca-Cola Vanille incite à la prudence. Lors de son lancement en 2003, Coca-Cola Vanille se place très rapidement dans le top 10 des ventes de soft aux Etats-Unis…Puis disparaît tout simplement en 2005… 

Le décollage prévu pour Coca-Cola Blak ne s'est jamais produit : de 1,90 millions de litres en 2007 les ventes sont retombées à 1,18 millions en 2008. 

3 ans plus tard, en mars 2009, la marque annonce qu'elle cesse la production et la commercialisation de la boisson. Les ventes n'ont jamais été au rendez-vous avec moins de 1 % du marché français des boissons pétillantes.

C’est un échec d’autant plus cuisant pour Coca-Cola France que pour la première fois le produit était lancé dans l'Hexagone avant les Etats-Unis. 

La marque aurait trop réduit le taux de sucre ce qui rendrait la boisson amère. 
En ce précipitant pour contrer Pepsi Max Cappuccino lancé 2 mois avant, la marque a mal préparé le lancement et il est probable que certaines étapes ont étés oubliées.
Les phases de tests consommateurs au niveau du goût et du packaging notamment. 
De toute façon les Français sont de faibles buveurs de Sodas, d’autres marchés européens étaient plus adaptés pour le lancement d’une nouvelle référence.