Négociation

Salaire

Droit

Syndicats

Emploi

Formation 

Actualités 

Éditorial

 




Vidéo : Collectif Avicenne.

 


Salariés ! La Bataille pour les 35 heures a déjà commencé …. 

Aidez les ! 


Joël f. Volson
06 60 66 15 77
jfvolson@gmail.com

                                                                                                                                                              Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

Portail
Syndicats
Actualités
Éditorial
Formation
Colère
Emploi
Droit
En Lutte 
Histoire
Salaire
Agenda
Warriors
Négociation
Contact
Aide CE
Utile
Services CE
Newsletter
Tchat
35 Heures
Culture
Internet
Pratique
Cartes Postales
Forum
Humour
Loisirs
Liens
Avis
Adresses
Webmasters
Rêves

Proposer



Malgré les déclarations du ministre (on ne dit pas encore sinistre il est en test... ), 
il semble que les 35 heures soient véritablement menacés. 

Comme souvent la fonction publique a servit de test ! 

Et en l’occurrence il s’agit du Groupe Hospitalier Paul Guiraud (GHPG). 

Le ministre dit ne rien vouloir imposer et que les accords en vigueur doivent être négociés dans les entreprises ou dans les branches, c’est à dire les organisations interprofessionnelles. 

Sauf qu’à Paul Guiraud la direction n’a jamais voulut négocier et a cherché à passer en force !! 

Comme il s’agit d’un organisme public qui dépend de l’état le premier sinistre et 
le gouvernement sait tout cela ! 



Face à la droitisation du gouvernement et un premier sinistre amoureux des entreprises
 la fronde ne se lève pas qu’au sein du parti socialiste...

Elle s’est levée depuis le 2 juin car le personnel de Paul Guiraud est en grève depuis 3 mois !! 

Que se passe t’il à Paul Guiraud ? 

Le Groupe Hospitalier Paul Guiraud (GHPG) est un établissement public de 
santé qui assure une mission de service public en psychiatrie adulte.

Le temps de travail des agents est régi par un décret du 4 janvier 2002 
et un accord du 3 août 2012. 

Il ressort de cet accord que la grande majorité du personnel a son temps de travail 
qui est resté inchangé depuis le décret de 2002 c'est-à-dire que la journée de travail est de 8 heures, 
soit 40heures par semaine.

Cette situation est considérée comme irrégulière par la Direction du fait que
l’accord du 4 janvier 2002 fixe une durée maximale hebdomadaire à 39heures.

Le contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens du 9 avril 2014, signé par le 
Directeur du GHPG et l’ARS (agence régionale de santé), prévoit de réajuster 
la durée quotidienne du temps de travail. Ainsi, la durée quotidienne de référence 
serait réduite à 7 heures 36, soit 38 heures par semaine pour les équipes de jour (matin et après-midi), 
ainsi que pour les équipes administratives, techniques et logistiques. 

Cette modification de la durée du travail aurait également 
un impact sur le nombre de jours de RTT des agents, qui perdraient 9.5 jours par an.

Le 27 août le rapport du cabinet d’expertise Technologia a été présenté au CHSCT
Ce regard extérieur et indépendant atteste de la fracture relationnelle 
qui affecte les relations entre la direction et le personnel.

 Il met l’accent sur la souffrance de l’encadrement. Il s’inquiète des effets de la politique 
de remplacement et du risque de l’augmentation 
des arrêts de travail dus à la pénibilité qu’induirait ce projet. 

Il demande la redéfinition en équipe de l’effectif minimum et de sécurité. 

Il se dit préoccupé par la méthodologie non participative employée par la direction 
et conclut par la nécessité de suspendre le projet pour le reprendre à zéro.

Un tel diagnostic était insupportable et le directeur est passé en force, en méprisant 
la réglementation et en interdisant aux représentants du personnel au CHSCT de formuler la moindre proposition ou préconisation. Et le pire c'est que le directeur, son forfait accompli a pris la fuite !!! 

Il est muté ailleurs ... Arf !!! 

Le CHSCT de Paul Guiraud a donc décidé d’attaquer ce passage 
en force devant le tribunal administratif ces prochains jours.

Le syndicat SUD santé-sociaux a fait savoir qu’il appelait le personnel à maintenir son mouvement de grève voire à le durcir pour obtenir l’abrogation de la note instituant les 7h 36. 

Sud est favorable à l’ouverture de négociations mais veut soumettre cet avis au personnel. 

Et le personnel dispose d’un mois pour empêcher la mise en œuvre des 7 h 36. 

Le 23 septembre aura lieu une manifestation nationale 
à l’appel de la convergence des hôpitaux en lutte contre l’Austérité. 

Mais cette lutte commencée depuis le 2 juin a déjà coûté bien cher ! 

9000 € c'est ce qu’a coûté au syndicat Sud santé sociaux du Val de Marne, la lutte contre les 7 h 36.

Ces 9000 € proviennent exclusivement du produit des adhésions de celles 
et ceux qui dans le Val de Marne ont choisi d'adhérer à Sud pour défendre 
leurs droits et une certaine image d'un syndicalisme indépendant et combatif.

Les directeurs ne dépensent pas leurs propres deniers mais les deniers publics, 
quand ils attaquent les syndicats devant les tribunaux ou commettent des actes illégaux. 

Ils savent que les syndicats ne peuvent pas suivre financièrement 
et doivent souvent renoncer faute d'argent.
On leur apprend cela aussi dans leurs écoles de managements… 

Une dépense de 9000 € suffit à mettre le syndicat départemental Sud 
en grande difficulté et c'est ce qu’il se passe …

Doivent-ils baisser les bras ? Doivent-ils renoncer à attaquer des décisions 
injustes et illégales au motif qu’ils n’ont pas assez d’argent ? 

Non bien sur !

Le personnel de l’hôpital Paul Guiraud est au front ! En première ligne ! 

Si cela passe chez eux cela passera chez vous !! 

Et vous pourrez dire adieu à vos jours de RTT …

Vous, qui pour la plupart n'êtes pas syndiqués mais qui vérifiez chaque jour combien il est important de disposer d'un syndicat prêt à soutenir et défendre un agent, une équipe, voire tout le personnel sans rien demander en échange de leur disponibilité, de leur compétence et de leur désintéressement.

Ils ont besoin qu'à votre tour vous fassiez un geste, que vous mettiez la main à la poche...

Aidez les à empêcher que le manque d'argent suffise à les bâillonner, suffise à les faire taire.

Il faut faire vite !

Versez et appelez vos collègues à en faire autant.

Joël Volson est chargé de récupérer les dons par chèques ou en espèces.

Il répond au 06 60 66 15 77. 

Merci d'avance.

Joël f. Volson
06 60 66 15 77
jfvolson@gmail.com (email).


Free Warriors le 02.09.2014

Vidéo : Sud Esquirol. 

                                                                       Envoyer cette page à un(e) ami(e)